ASSURANCE EMPRUNTEUR : LES POINTS CLES

ASSURANCE EMPRUNTEUR : LES POINTS CLES

Lorsque l’on doit comparer des offres d’assurance emprunteur, il est souvent difficile de s’y retrouver. Voici quelques points clés pour vous permettre d’y voir plus clair…

Le TAEA

Le Taux Annuel Effectif d’Assurance constitue le coût total de votre assurance emprunteur et vous permet de faciliter la comparaison entre plusieurs offres. Il doit être intégré dans toutes les publicités et offres relatives au crédit. Il doit être accompagné du détail des garanties dont il intègre le coût.

Remboursement indemnitaire ou forfaitaire ?

Avec une couverture indemnitaire, les indemnités journalières versées par votre assureur varient proportionnellement à votre perte de revenus suite à un sinistre (incapacité ou invalidité). Ce qui veut dire qu’en cas d’arrêt de travail, si vous percevez des prestations sociales couvrant l’intégralité de vos revenus avant sinistre, l’assureur ne vous versera aucune somme. Ce mode de remboursement est généralement proposé par les contrats groupe des banques.

Avec une couverture forfaitaire, vous êtes indemnisés en fonction de la quotité de couverture que vous avez choisie, sans tenir compte des prestations sociales perçues en cas d’arrêt de travail. Si vous êtes couvert à 100%, la totalité de la mensualité sera couverte en cas de sinistre. Ce mode de remboursement est plus généralement proposé en délégation externe avec un contrat individuel.

Cotisations sur capital restant dû ou capital initial ?

Avec une cotisation sur le capital initial, vous payez la même cotisation chaque mois durant toute la vie de votre prêt immobilier.

Avec une cotisation sur capital restant dû, dite dégressive, la cotisation évolue au fur et à mesure du remboursement du capital emprunté.

Le taux appliqué pour calculer le coût de l’assurance dégressive est presque systématiquement plus élevé qu’avec une assurance sur capital initial. Le gain pour une assurance dégressive ne vient qu’au bout de plusieurs années de remboursement car au début de votre prêt immobilier, vous remboursez plus d’intérêts et moins de capital. Le coût étant également calculé en fonction de l’âge des emprunteurs, les premières années, vous vieillissez plus vite que vous n’amortissez du capital. De ce fait, les cotisations évoluent à la hausse les premières années et l’effet s’inverse dans un second temps quand la part de capital remboursée augmente avec les années.

Il faut donc regarder le coût global sur toute la durée du prêt et même si l’assurance dégressive présente un coût total moindre au départ, elle ne sera pas forcement la meilleure solution. Il faut voir comment vous allez faire vivre votre crédit dans le temps. Par exemple, s’il s’agit d’un premier achat, il n’est pas impossible que vous soldiez votre crédit avant son terme suite à la vente de votre bien pour partir sur un nouveau projet. Dans ce cas, vous paierez plus cher votre assurance car vous solderez votre crédit dans la phase ascendante de vos cotisations.

ITP, IPP, et rachat d’exclusions dos et psy : des options importantes

En cas de reprise du travail suite à sinistre, il arrive parfois de reprendre en mi-temps thérapeutique et dans ce cas, la plupart des contrats ne vous indemnisent plus. L’option « Incapacité Temporaire Partielle » (ITP) vous couvre à hauteur de 50% durant votre mi-temps thérapeutique.

L’Invalidité Permanente Partielle vous couvre à la suite d’une maladie ou d’un accident dès 33% de taux d’invalidité (catégorie 1 de la sécurité sociale).

Le rachat d’exclusion couvre les MNO (Maladies Non Objectivables) telles que dépression nerveuse, burn-out, lombalgie, hernie discale,… C’est une option souvent demandée par les organismes prêteurs, avec ou sans condition d’hospitalisation ou d’intervention chirurgicale.

 

Partagez sur
Courtier credit immobilier

Commentaires(0)

Laissez un commentaire